Passer au contenu Passer au menu Menu daccessibilité

« Je ne peux même pas répéter ce que le médecin m’a dit » sanglote Yaacov au téléphone. Devant sa femme et ses enfants, il devait rester fort, mais lorsqu’il s’enferme dans son bureau pour parler à son Rav en Israël, sa voix se brise.

« Je ne peux même pas répéter ce que le médecin m’a dit » sanglote Yaacov au téléphone.
Devant sa femme et ses enfants, il devait rester fort, mais lorsqu’il s’enferme dans son bureau pour parler à son Rav en Israël,
sa voix se brise. « Cela faisait un moment que je ne me sentais pas bien. Tous les examens montraient qu’il n’y avait rien, mais malgré tout, quelque chose n’allait pas. On m’a envoyé faire des examens plus approfondis. Aujourd’hui, j’ai été convoqué d’urgence chez le médecin. »
Son Rav, le Gaon Rav Eliahou ‘Haïm Sternbuch chlita, Dayan de la communauté de Bobov à Jérusalem, est secoué.
« Que dit le médecin ? demande-t-il.
Le pire ! répond péniblement Yaacov. C’est tellement grave qu’il n’avait rien à me dire. Il y a 1 ½ à 2 % de chances de guérison… C’est considéré comme une tumeur particulièrement agressive. »

Sa vie va-t-elle maintenant changer du tout au tout ? Va-t-il être contraint de subir des traitements terribles jusqu’à la fin inéluctable ? N’assistera-til pas au mariage de ses enfants ? Va-t-il passer la dernière partie de sa vie entre les médecins, les médicaments et les hospitalisations, la souffrance devenant de plus en plus intolérable ?

Un silence profond traverse l’océan.

« A Bnei Brak habite le grand Gaon Rav ‘Haïm Kaniewsky chlita, dit Rav Elia’hou ‘Haïm Sternbuch. Je n’ai pas besoin de t’expliquer qui est Rav Kaniewsky… Tu sais que quand le juste décrète, D. exécute son décret. S’il te promet la guérison, tu peux être sûr que la menace s’écartera de toi.
– Alors, je vous en prie, allez le voir pour moi !
– Sur quelle base puis-je demander à Rav ‘Haïm une promesse de guérison complète ? Tout le monde vient lui demander une bénédiction… Chaque jour, des malades frappent à sa porte ! »
Le Rav réfléchit. Yaacov vient d’une famille extrêmement riche. Lui aussi, en tant qu’héritier, possède des biens non négligeables. Peut-être la tsédaka serat- elle le rachat de sa personne, un kofer néfech ?

« Rav ‘Haïm Kaniewsky a une caisse de tsédaka. Il recommande à tous ceux qui lui posent la question de donner à Koupat
Ha’ir. Si tu me promets un don substantiel, j’aurai une raison de me présenter à Rav Kaniewsky et de lui demander…
– D’accord ! Je suis d’accord ! Si je guéris totalement de cette maladie, je donnerai si D. veut 18,000 $ à Koupat Ha’ir ! Je suis
prêt à les donner ! »

Rav Eliahou ‘Haïm ne perd pas de temps. Il s’agit d’une question de vie ou de mort, et il faut faire le nécessaire.
Il se rend à Bnei Brak, chez Rav ‘Haïm Kaniewsky. Auparavant, il met Koupat Ha’ir au courant du don important qui lui sera versé si Rav Kaniewsky promet la guérison. L’un des Rabbanim de Koupat Ha’ir accompagne Rav Eliahou ‘Haïm pour sa visite au Grand Maître de notre génération.
« Il s’agit d’un élève à moi, explique Rav Sternbuch à Rav Kaniewsky. On a découvert chez lui une tumeur maligne. Les médecins parlent de %2 de guérison au maximum. Il promet de donner 18,000$ à Koupat Ha’ir si le Rav lui promet la guérison.
– Il aura une guérison complète ! » répond Rav Kaniewsky.
Rav Sternbuch écoute attentivement.
Qu’a dit le Maître ?
« Le Rav dit que s’il fait ce don, il aura une guérison complète ? »
Rav Sternbuch veut entendre les mots une fois de plus. La joie et le soulagement que ces mots vont causer à son disciple seront indescriptibles.
« Il aura une guérison complète ! » répète Rav ‘Haïm Kaniewsky.
Rav Eliahou ‘Haïm Sternbuch sort de la pièce, bouleversé.
« C’est la parole la plus proche d’une promesse que j’ai jamais entendue » dit le Rav de Koupat Ha’ir à Rav Sternbuch.
Il l’a dit si clairement. C’est presque une promesse ! ».

Avant même d’être sorti dans la rue, debout dans les escaliers, Rav Sternbuch téléphone à son élève. Son émotion se fait bien sentir de l’autre côté du globe.
« Tu auras une guérison complète ! dit-il en citant Rav Kaniewsky mot à mot. Tu auras une guérison complète ! Yaacov,
n’attends pas ! »
Deux mois passent. Le Rav appelle son élève au téléphone.
« Je suis allé chez Rav ‘Haïm Kaniewsky pour toi, dit-il. J’ai promis en ton nom 18,000 $. Où sont-ils ?
– J’ai réfléchi, Rabbi. Les médecins m’ont expliqué que si après ces traitements, cinq ans passent sans résurgence de la maladie, je pourrai me considérer totalement guéri. Alors j’ai décidé, bli néder, que si la maladie ne revient pas dans les cinq ans à venir, je donnerai à ce moment-là les 18,000 $ à Koupat Ha’ir. »
Rav Sternbuch écoute attentivement et accepte la décision de son élève.
« Dans cinq ans, cela veut dire après Chavouot 2013, n’est-ce pas ?
– Oui !
– Que ce soit pour la vie, la paix, la santé et tout le bien !
– Amen ! »
Yaacov sent qu’il a reçu un cadeau inestimable : sa propre vie !
Rav Eliahou ‘Haïm Sternbuch retourne à sa communauté et à ses cours ; Rav ‘Haïm Kaniewsky retourne à sa Guemara bienaimée.
Cinq ans passent.Peu avant Roch Hachana 2013, Yaacov prend l’avion et arrive en Israël, un chèque de 18,000 $ dans son portefeuille.
La maladie n’a pas réapparu, il se sent en parfaite santé. C’est un miracle !
Il se rend chez Rav ‘Haïm Kaniewsky en compagnie de Rav Sternbuch et du Rav de Koupat Ha’ir. Tremblant, Yaacov a remis le chèque à Rav Sternbuch, qui le tend à Rav Kaniewsky.
« C’est le don à Koupat Ha’ir, explique-til en montrant Yaacov du doigt. Le Rav avait dit que s’il faisait un don, il aurait une guérison complète. »
Rav ‘Haïm Kaniewsky hoche la tête. Il prend le chèque et le remet au Rav de Koupat Ha’ir. La promesse avait été faite voici cinqm  ans ; le moment est venu de la réaliser.
Un don à Koupat Ha’ir… et tout s’arrange de la meilleure façon.
Même lorsque c’est incroyable, les faits parlent d’eux-mêmes.