Passer au contenu Passer au menu Menu daccessibilité

Tout s'est arrangé parce que je n'ai pas fait de don

Tout s’est arrangé parce que je n’ai pas fait de don. Ce titre est certes quelque peu provocateur, je le sais. Ce n’est pas tout à fait juste, mais ce n’est pas très loin de la vérité. Ecoutez mon histoire, et décidez vousmêmes

Pour entendre les détails de l’histoire : +972-3-5792890
Tout s’est arrangé parce que je n’ai pas fait de don. Ce titre est certes quelque peu provocateur, je le sais. Ce n’est pas tout à fait juste, mais ce n’est pas très loin de la vérité. Ecoutez mon histoire, et décidez vousmêmes :
Voici quelque temps que j’ai pris une bonne habitude : avant de monter dans l’autobus et après en être descendu, je m’approche de la boite de tsédaka de Koupat Ha’ir suspendue à la station de bus et j’y mets quelques pièces. Combien? Chaque fois une autre somme, selon l’inspiration du moment. Je ne suis pas riche, comme la plupart des gens qui étudient la Torah à plein temps. Mais un accident de la route ou un attentat peuvent faire dépenser à la victime dix mille fois plus que tous les dons que je pourrais faire pendant des années pour être sauvé de ces drames, sans parler du danger de mort, des souffrances, du traumatisme, etc. Bref, j’ai décidé que même d’un point de vue économique, il valait la peine de faire un don avant chaque trajet
pour demander au Tout-Puissant de me protéger, et après chaque voyage pour Le remercier que tout se soit bien passé. Quiconque s’est trouvé dans un bus qui a échappé de justesse à un attentat ou quiconque a par miracle évité d’y monter me comprendra certainement.
Voici peu de temps, j’ai voyagé dans un bus interurbain. Avant mon départ, j’ai déposé mon don dans la boite comme d’habitude, sans oublier de réciter quelques versets et de prier (c’est indispensable pour que mon geste ne devienne pas machinal). Le voyage s’est passé sans problème et nous sommes arrivés à destination. Je descends de l’autobus et je cherche la boite métallique suspendue à la station pour y mettre une pièce, comme je le fais toujours à la fin du voyage. Je mets la main dans la poche droite de mon pantalon où mon portefeuille est toujours posé, et je ne le trouve pas ! Ma poche est vide... Je plonge la main dans la poche gauche : vide elle aussi. Je palpe rapidement les poches de ma veste : rien ! Mon portefeuille a disparu !
Je comprends en un éclair qu’il est probablement tombé dans le bus. Comment retrouver ce bus à présent ? Il retournera sûrement dans ma ville lorsqu’il aura terminé de déposer tous les passagers ici. Que vais-je faire ? J’ai un jour entier de tâches à accomplir, et mon portefeuille contenait une grosse somme d’argent, ma carte bancaire, des chèques, mes clés, bref, tout ce qu’il faut pour vivre. Et voilà qu’il est resté dans le bus !
Je me retourne immédiatement dans l’espoir de voir l’autobus s’éloigner et de connaître au moins sa direction.
A ma grande surprise, le bus est encore à la station ! Quelqu’un sort à grand peine un bagage de la soute, ce qui retarde le démarrage.
Dans une seconde, le chauffeur fermera les portes et démarrera.
Je me mets à courir et frappe de mes poings à la porte déjà fermée. Le chauffeur m’ouvre et je lui explique en quelques mots que je cherche un objet que j’ai perdu. Je me précipite à la place où j’étais assis.
Mon portefeuille m’y attend patiemment! Je descends du bus tout content et m’approche de la boite de Koupat Ha’ir pour y glisser mon don, comme j’avais décidé de le faire. Alors que j’introduis les pièces dans la fente, je me rends soudain compte : Si je ne m’étais pas approché de la boite la première fois pour faire un don, je n’aurais pas remarqué que mon portefeuille avait disparu. Le bus aurait continué son trajet et j’aurais passé une journée entière à rechercher mon portefeuille perdu. Et qui sait si je l’aurais retrouvé en fin de compte…
C’est justement parce que je n’ai pas réussi à faire mon don en descendant du bus que je me suis rendu compte de ma perte à temps (à temps ? et peut-être que l’autobus est resté à la station rien que pour moi ? je ne sais pas comment le Ciel a intervenu) et que j’ai retrouvé mon portefeuille. Alors, « tout s’est arrangé parce que je n’ai pas fait de don ». Vrai ou faux ?