Passer au contenu Passer au menu Menu daccessibilité

271 prières pendant les huit jours de Hanouka au Kotel

Une Segoula révélée par le Gadol Hador Rav A. Y. L. Steinmann: 271 prieres au Kotel pendant les huit jours de 'Hanouka, jours propices à la Parnassa et au mariage.

Historique de la Segoula:

Voici de très longues années, une veuve juive se trouvait dans une grave situation. Son histoire a été écrite dans les Prophètes car c’est une prophétie utile à toutes les générations à venir. Son mari, le prophète Ovadia, avait emprunté de l’argent au méchant roi Yehoram pour fournir à manger aux prophètes persécutés de cette génération. Il était mort avant d’avoir pu rembourser sa dette, et la malheureuse veuve était restée accablée par ces créances. Le roi menaça la veuve de prendre ses fils comme esclaves si elle ne rendait pas l’argent emprunté. Que pouvait faire une veuve pauvre pour trouver cet argent ? Elle a suivi la voie des mères juives de toutes les générations : elle a prié de toutes ses forces. La femme d’Ovadia n’a pas versé une prière ni deux, ni même dix. Elle a crié 265 prières, comme le montre le mot « tsaaka » à la valeur numérique de 265. Mais la délivrance n’était pas encore là. Pourtant, la femme d’Ovadia ne s’est pas désespérée : elle a continué à prier, à frapper aux Portes du Ciel.

C’est alors que deux choses sont arrivées en même temps : c’était Hanoucca, des jours particuliers propices aux miracles, et elle a atteint le nombre propice de 271 prières.

Quand Hanoucca et ses 271 prières se sont rencontrés, le miracle s’est produit : depuis ce jour, sa fiole d’huile ne s’est jamais vidée. Elle a pu vendre de l’huile à profusion sans que la source d’huile ne tarisse

Cette histoire est racontée dans l’Ecriture et le Midrache pour que les générations futures en apprennent la force de la prière, de la foi et de la charité. Mais pas seulement cela. Depuis des milliers d’années, ce nombre propice de 271 nous attend, nous qui désirons la délivrance et n’avons pas encore été exaucés. Depuis des milliers d’années, le Midrache renferme cette nouvelle : si vous désirez une délivrance surnaturelle, si vous voulez un miracle, souvenez-vous de ce nombre propice et inscrivez-le en votre cœur.

Rav Steinman a fait connaître cette segoula à Koupat Ha’ir en disant : « Il faut que le public le sache ». Certaines requêtes sont exaucées après 271 prières

Lorsque les Cieux sont ouverts, pendant Hanoucca, 271 envoyés frapperont aux Portes Célestes. Pendant la semaine de Hanoucca, les envoyés de Koupat Ha’ir prieront au Kotel, le lieu que la Présence Divine n’a jamais quitté, et mentionneront 271 fois ( !) chaque nom avec sa requête personnelle...